Lire pour oublier l’enfer des camps de réfugiés

À Lesbos, un réfugié iranien tient une petite bibliothèque aménagée dans une camionnette. Il y reçoit des lecteurs de toutes origines, avides de littérature ou désireux de perfectionner leur anglais. Les livres leur permettent de se détourner, pour quelques instants, de la violence et de la misère du camp.